Nantes-Japon

Rapprochements culturels franco-japonais à Nantes et dans sa région.
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Derniers sujets
» LEA de Nantes besoin de conseils !
Jeu 13 Aoû 2015 - 6:53 par Jérémy

» Présentation des nouveaux membres.
Jeu 13 Aoû 2015 - 6:48 par Jérémy

» site d'apprentissage de la langue japonaise
Jeu 26 Mar 2015 - 11:42 par Jérémy

» ventes dictionnaires et flashcards
Mar 17 Mar 2015 - 20:36 par chiyosama

» Recherche Livres
Mar 17 Mar 2015 - 20:34 par chiyosama

» nouveau membre avec vrai katana japonais
Mar 3 Mar 2015 - 23:30 par maverik54510

» Questions sur le MAE japonais de Rennes
Mar 20 Jan 2015 - 15:26 par Jérémy

» Futons à Nantes ?
Sam 1 Nov 2014 - 19:13 par nikonantes

» Au Japon, on lit le caractère dans le sang !
Mar 14 Oct 2014 - 7:09 par Jérémy

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Mots-clés
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Liens Facebook
Sites amis
Autres fora 44 et Ouest
Blogs
Gros forums nationaux
Mixi

Partagez | 
 

 Haïku (俳句) et son histoire, par Miou Kitamura

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gonelle



Nombre de messages : 43
Age : 33
Date d'inscription : 23/06/2010

MessageSujet: Haïku (俳句) et son histoire, par Miou Kitamura   Ven 8 Oct 2010 - 0:09

J'ai assisté à cette conférence, je vais essayer de résumer ce que j'en ai retenu... malheureusement cela ne sera sans doute pas à la hauteur de la conférence, car je n'y connaissais absolument rien et n'ai sans doute retenu que des éléments déjà bien connus de ceux qui connaissent et apprécient les haiku. J'avais lu sur certains sites qu'étudier les poèmes japonais pouvait être un bon début pour s'entrainer à lire et comprendre du japonais, cette conférence m'a éclairée sur ces fameux poèmes dont je n'avais jamais entendu parler auparavant...

Miou Kitamura nous a présenté la forme de poésie haiku, ses particularités et l'historique de cette forme de poésie au Japon, en donnant des exemples (en japonais et leur traduction en français).

Un des exemples donnés qui est assez connu :
furuike ya (古池や)
kawazu tobikomu (蛙飛込む)
mizu no oto (水の音)
(Viel étang / bruit d'eau / que fait une grenouille en s'y plongeant)

Les haiku ce sont des poèmes japonais très brefs, en général composé de 5 syllabes puis 7 syllabes puis 5 à nouveau.
Cette forme vient au départ de la forme tanka (ou waka ? je n'ai pas bien saisi les différences) composé d'un hokku (5-7-5) et d'une autre partie (je ne me rappelle plus qu'elle nous ait indiqué le nom de cette partie... mais c'est sans doute ma mémoire qui me joue des tours) au format 7-7.
Les tanka (ou waka ?) ont été entre autres des échanges entre amoureux, le premier envoyait un hokku en 5-7-5 et le deuxième répondait avec un poème au format 7-7.
Il arrive que l'auteur du haiku écrive seulement 4 au lieu de 5 syllabes ou 6 au lieu de 5, dans ce cas la lecture se fait avec des sons allongés ou au contraire rapides pour compenser.
Les haiku contiennent quasiment toujours une référence à une saison, soit le nom de la saison, soit un symbole (il me semble que dans l'exemple la grenouille peut représenter le printemps).
Le haiku était une pratique plutôt réservée à l'élite (et la famille impériale en lit régulièrement d'ailleurs) par le passé mais est désormais populaire, il y a des rubriques dédiées aux haikus dans certains journaux japonais, les amateurs peuvent proposer leurs compositions et des professionnels (des poètes) indiquent ceux qu'ils apprécient le plus. Un homme dans l'assistance a indiqué qu'il y a eu une période où Ouest France Dimanche faisait la même chose en France, il avait participé et avait été publié !
De nos jours, on trouve des haikus dans de nombreuses langues... Miou Kitamura a indiqué qu'au départ cela l'avait choquée mais finalement c'est une forme de poésie appelée à changer au cours du temps et c'est sans doute mieux ainsi. Au cours de l'histoire le haiku a souvent changé : tantôt il portait sur des sujets sérieux, tantôt il comportait des blagues ou des sujets pour légers par exemple. En général les haiku sont assez évasifs et peuvent être compris/interprétés de différentes manières mais certains sont plus descriptifs et donc moins sujets à interprétation.

Une question abordée que j'ai trouvée intéressante : pourquoi le haiku est-il aussi bref ? en fait Miou Kitamura a une théorie sur le sujet : il n'aurait pas pu être tellement plus court car ce format ne laisse déjà pas de place pour beaucoup de mots. Cette forme de poésie est très différente de la poésie française. Et pourquoi pas plus long ? peut être pour éviter la monotonie, de même ce format avec des vers de taille différente pourrait être à ce format pour éviter une forme de monotonie.

Il y a également un homme qui a parlé du livre "L'empire des signes" de Roland Barthes si je ne me trompe pas, un ouvrage qui parle des haiku et de leur interprétation entres autres. Cela semble être un livre intéressant pour ceux que les haiku intéressent.

Il y aurait sans doute bien plus à dire mais j'ai bien peur de ne pas retranscrire assez correctement tout ça... si il y a d'autres personnes ici qui ont assisté à la conférence, n'hésitez pas à me corriger en cas d'erreur et à compléter !

じゃ、また !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérémy
Admin
avatar

Nombre de messages : 1722
Age : 35
Localisation : Kobe
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Haïku (俳句) et son histoire, par Miou Kitamura   Ven 8 Oct 2010 - 10:22

Osu !

1000 mercis pour ces informations !

Honte à mon ignoble ethnocentrisme (même si j’imagine que d’autres critères comme la langue ou le contexte culturel doivent jouer un rôle important !) mais pour l’instant je n’ai jamais réussi à véritablement apprécier la poésie japonaise. M’enfin je désespère pas, surtout que je ne peux pas vraiment dire que jusqu’ici j’ai fait l’effort de m’y intéresser sérieusement.

Pour la brièveté du haiku je n’y connais pas grand chose mais l’article de comparaison sur le japonais et le coréen que je lis en ce moment m’a fait réaliser à nouveau à quel point le japonais (et le coréen) est une langue qui s’efforce de faire porter au contexte le maximum d’informations possible. Si on relie cette tendance à l’omniprésence de la nature dans les haiku, on pourrait en conclure qu’il s’agit bien là d’un genre qui, en poussant au maximum la logique de sa langue, dit avant tout ce qu’il tait : c’est justement par l’économie des mots – ces mots humains qui ne saisissent finalement qu’une partie infime du réel – qu’on arrive à leur donner toute la pesanteur nécessaire pour rendre compte de la puissance et la grandeur de la nature. Voilà une stratégie originale, peut-être même plus pertinente que les occidentaux qui vont déployer d’incroyables moyens pour essayer d’enfermer la nature dans des mots ?

Dans tous les cas moi pour l’instant je suis plus interpellé par Rimbaud que par Bashô...

Jérémy
PS
J'aimerais bien avoir l'avis de P.Forest sur la question... (le mec pas lourd qui n'en remet pas une couche pour avoir ses infos...)




_________________
勉強第一
Moi j'aime bien les kAAANNNji
電子辞書はとても便利なものです。
orayoooo gozaimasu ikkai
http://keisetsunokoo.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://keisetsunokoo.over-blog.com/
 
Haïku (俳句) et son histoire, par Miou Kitamura
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [A LIRE] Histoire de la taverne + Tuto d'upload.
» HISTOIRE DE LUMUMBA
» Revue "Les dessous de l'Histoire" (Jacquier)
» la peinture hyper réaliste Histoire de l'Art
» Histoire de Rivombrosa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nantes-Japon :: Izakaya-
Sauter vers: